En ce mois de mai, les sureaux sont en fleurs. Vous avez encore jusqu’au mois de juin pour les cueillir puis les faire sécher pour en faire de délicieuses infusions dont vous pourrez profiter dès maintenant ou peut-être à l’hiver prochain.

La recette : 1 poignée de fleur par litre.

La fleur de sureau est parfaite pour accompagner une fièvre, car elle favorise la transpiration, ainsi que l’éruption dans les cas de rougeole ou scarlatine. Ces effets, qui ne sont pas toujours agréables, sont néanmoins nécessaires pour évacuer la chaleur et les toxines.

Elle aura également cet effet dépuratif (qui débarrasse le sang des toxines et déchets) par l’intermédiaire

– des reins, car elle est diurétique

– des bronches, car elle facilite leurs sécrétions

Elle stimule également

– la production de lait maternel,

le système immunitaire. Pas autant que certaines plantes très réputées pour cela telle que l’échinacée, mais suffisamment pour vous donner un petit coup de pouce.

En usage externe, vous pouvez utiliser une infusion de 2 poignées de fleurs pour 1 litre d’eau, y tremper des compresses à appliquer sur les hémorroïdes, les engelures pour un effet adoucissant, ou faire un bain d’œil en cas d’affection oculaire ou d’eczéma des paupières.

Vous pouvez même délayer votre argile dans une infusion de sureau pour vous en faire un masque de beauté.

Ne cueillez pas toutes le fleurs si vous voulez également profiter des baies, que vous pourrez en cueillir à partir du mois de juin. Avant de les consommer, il faudra les cuire à plus de 65°C, puis vous pourrez les manger entières, incorporées à des plats, sous forme de décoction, sirop ou teinture. Elles ont un goût proche du raisin et de la mûre, sont riches en fer, zinc, phosphore, potassium, calcium, magnésium, vitamines A et B1, B2, B3, B5, B6, et C.

Elles sont utilisées en phytothérapie pour leurs vertus laxatives, antirhumatismales, antinévralgiques, antivirales et immunostimulantes.

Vous pouvez également utiliser les feuilles et l’écorce ,mais sous forme de décoction, ou cataplasme pour les feuilles qui, sous cette forme pourront soulager maux de dents, contusions et brûlures. Elles ont également leur rôle à jouer dans les affections pulmonaires.

En dehors des fleurs utilisée pour la lactation, évitez toutes les formes de sureau en cas de grossesse ou allaitement. Il est contre-indiqué en cas de diabète, hypotension, anémie, porphyrie, traitement immunosuppresseur, et à prendre avec un avis médical si vous avez un traitement qui aurait une propriété identique

Catégories : Les plantes

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
fr_FRFrench