On nous le rabâche depuis des décennies : une surexposition au soleil favoriserait les cancers de la peau ! Nous nous sommes focalisés pendant des années sur les filtres UVB, les rayons que nous accusions de tous nos maux, mais qui sont indispensables à la synthétisation de la vitamine D, hormone qui joue, entre autres, un rôle de protection contre différents cancers… (1).

Mais maintenant, nous avons compris qu’il fallait également se protéger des UVA, qui ne sont pas uniquement responsables du vieillissement cutané. Beaucoup plus sournois car ne provoquant aucune réaction immédiate, ils endommagent également l’ADN et peuvent être responsables de cancer.

Il y a également des infra-rouges, provoquant la réaction de chaleur. Ils produisent des radicaux libres, qui pourraient donc accélérer le vieillissement et endommager l’ADN. Mais il y a des questionnements scientifiques autour de leur rôle : des test ont montrés que les infra-rouges nous prépareraient à supporter les effets des UV.

Alors ? On s’expose ou on ne s’expose pas ?

Que nous dit la nature ?

Comme toujours en naturopathie, nous nous appuyons sur le fait que notre corps est bien fait, lorsque nous n’avons ni crème solaire, ni lunettes de soleil :

1) Lorsque vous vous exposez au soleil, votre peau et vos yeux reçoivent des messages :

– Ceux que vous ressentez, destinés à vous faire changer votre comportement, c’est à dire, vous mettre à l’ombre :

La sensation du soleil sur la peau devient désagréable, inconfortable et la brûlure commence à se faire ressentir. Cela se fait par l’intermédiaire des rayons infra-rouges.

Les yeux piquent et larmoient

– Ceux qui vont provoquer sur vos cellules des réactions de protection : sécrétion de mélanine, pigment qui absorbe les rayons UV et vous protège

2) Il sait s’adapter :

-A l’échelle de plusieurs générations :

Les populations vivants près de l’équateur ont la peau et les yeux plus foncés et sont mieux protégées des rayons UV.

Plus on s’éloigne de l’équateur, plus les populations ont la peau claire, ce qui leur permet de synthétiser plus facilement de la vitamine D. Par contre, ils sont moins protégés des rayons.

– A l’échelle d’un vie : le bronzage et l’épaississement de la peau dus aux UVB sont des réactions de protection.

Attention, ces protections naturelles ont leur limites, au même titre qu’un écran solaire, elles ne protègent pas à 100 % des UV, loin de là.

3) Il sait se réparer :

Des cellules avec ADN endommagé, et donc potentiellement cancéreuses, nous en fabriquons sans arrêt. Mais notre corps est censé pouvoir réparer ces erreurs, à condition de ne pas être dépassé par leur nombre, en possédant tous les outils nécessaires à cette réparation.

Donc, comment profiter des bienfaits du soleil en sécurité ?

1

En fonction de votre couleur de peau, et de votre âge, sans écran solaire, vous avez besoin d’entre 10 et 30 min de soleil par jour en été, et plus de 2h en hiver, avec au moins les bras nus. (une supplémentation en vitamine D est souvent nécessaire pendant l’hiver)

2

Une bonne hygiène de vie, une alimentation saine tout au long de l’année, composée de plus de 50% de fruits et légumes, sont indispensables au maintien des défenses de votre corps contre les agressions des rayons solaires. Privilégiez les légumes riches en bêta-carotène : patate douce, carotte, épinard, potiron, chou kale, cresson, persil, pissenlit, graines germées, abricot, tomate, pruneaux, melon, etc.

3

Ne portez pas systématiquement vos les lunettes de soleil, réservez les aux des conditions extrêmes telles qu’en montagne, surtout en présence de neige, si vous ressentez que vos yeux piquent ou larmoient ou si vous conduisez. Préférez une chapeau avec une visière.

Attention : les yeux clairs sont plus sensibles.


4

Buvez de l’eau

 

 

5

Dès que vous sentez que votre peau ne supporte le soleil, que vous commencez à sentir que cela brûle, écoutez le message et couvrez-vous ou mettez-vous à l’ombre.

Attention : dans certaines conditions, telles que sur un bateau, dans l’eau, sous une couche de nuage, vous risquez de ne pas sentir les signes avant coureurs d’un coup de soleil. Dans ce cas, si vous avez identifié votre temps d’exposition maximum auparavant, prenez le en compte.


6

Si malgré tout vous vous retrouvez dans une situation dans laquelle votre peau sera exposée au soleil pendant une durée trop longue pour votre couleur de peau, il faudra vous protéger. Alors comment choisir son écran ?

Préparer votre écran naturel, donc votre bronzage en vous exposant progressivement.

Bannissez les crèmes solaires protégeant des infra-rouges. Est ce que cela vous viendrai à l’idée de couper le voyant rouge moteur de votre voiture ? Et bien, ici, c’est la même chose. Les infra-rouges sont le premier messager à écouter.

Bannissez les écrans solaires ne protégeant que des UVB : vous seriez toujours exposé aux UVA tout en faisant taire le second messager dont le message est le coup de soleil. Ce coup de soleil est également une réaction de protection si la peau pèle ensuite, éliminant les cellules abîmée. En France la réglementation impose désormais une protection UVA dans les crèmes solaires, mais je ne sais pas ce qu’il en est dans les autres pays.

L’idéal est donc un écran protégeant des UVA et UVB uniquement.

Il faut savoir que les crèmes solaires industrielle contiennent toutes sortes de produits dont l’innocuité n’est pas établie. Et cela même en bio, notamment avec le fameux dioxyde de titane, ainsi que l’oxyde de zinc s’il est sous forme nanoparticulaire.

Préférez une huile ou un mélange d’huiles protectrices (éventuellement additionnée d’oxyde de zinc). Contrairement à ce que j’entends souvent, elles ne vous font pas « frire », au contraire, certaines ont des des protections UV qui ont été testées. Je ne citerai ici que celles dont j’ai trouvé les sources. Les plus intéressantes sont :

VISAGE ET CORPS : pépin de framboise, karanja (max 25% pour le corps, 85 % pour le visage), avocat

CORPS UNIQUEMENT (car comédogènes) carotte, germe de blé pour le corps

si vous ne vous baignez pas dans la mer, océan ou autre lieu de baignade naturel, ajoutez de l’oxyde de zinc sous forme microparticulaire (et pas nano), qui protège à la fois des UVA et UVB

ajoutez de la vitamine E pour son pouvoir anti-oxydant à la fois sur la peau et sur le produit en lui même, ralentissant le rancissement des huiles : 16 gouttes pour 100ml

ajoutez jusqu’à 8 % de cire d’abeille (à faire fondre) pour que la crème soit waterproof (environ 7g pour 100ml d’huile)

 

Les plantes, huiles végétales et essentielles à utiliser et à éviter avec le soleil

Sources et explications

Les UVA :

Ne provoquent pas ou peu de coup de soleil

Sont accusés du vieillissement prématuré de la peau, des allergies solaires, des tâches pigmentaires, et depuis peu d’être aussi en cause dans les cancers de la peau.

– Font baisser l’incidence de l’hypertension et des maladies cardiovasculaire en augmentant les niveaux de monoxyde d’azote présent dans la peau (2)

Les UVB :

– Sont la principale cause des coups de soleil

– Sont accusés depuis longtemps de causer des cancers de la peau

– Permettent la synthétisation de la vitamine D.

La vitamine D est une hormone qui ne se trouve pas en quantité suffisante dans l’alimentation pour couvrir nos besoins. Elle joue un rôle essentiel ente autre dans :

– le métabolisme du phosphore, du calcium et donc la prévention de l’ostéoporose

– le bon fonctionnement du système immunitaire

– la détox intestinale

– la stabilisation des émotions

la prévention de plusieurs cancers

– la prévention de l’hypertension et des maladies cardio-vasculaires (3)

– la prévention des maladies d’Alzheimer et Parkinson

Certains articles trouvés sur le net affirment que la crème solaire n’empêche pas la synthétisation de la vitamine D, mais il faut rester logique, si on arrive à synthétiser de la vitamine D malgré un écran solaire étant censé filtrer les UVB, c’est que soit ce filtre est défaillant, soit ce ne sont en fait pas les UVB qui permettent la synthétisation de la vitamine D…

Ces articles s’appuient sur une étude (4) dont la conclusion est que la synthétisation de la vitamine D malgré l’application d’un écran. Mais si l’on cherche plus loin dans cette étude, on voit qu’effectivement, les groupes ayant mis de la crème solaire ont synthétisé de la vitamine D, mais moins que ceux qui n’en avaient pas. D’autres part, la crème solaire testée avait un SPF 15, ce qui est donc très peu. Un SPF 15 ne filtre pas tous les UVB, donc évidemment que la synthèse de la vitamine D a été possible. Il faudrait essayer avec un SPF 50 voire 100 pour arriver à une conclusion intéressante.

Mon interprétation de cette étude serait plutôt de dire que grâce à l’écran solaire, il est possible sur dépasser son temps maximum d’exposition tout en évitant les coups de soleil et en synthétisant de la vitamine D, mais est ce vraiment intelligent de faire cela ?

Il faut savoir qu’être protégé des coups de soleils ne signifie pas que vous êtes protégé contre les méfaits d’une exposition solaire exagérée. L’utilisation des écrans solaires ne protègent pas suffisamment des fameux cancers de la peau au titre desquels ils sont vendus (5). Est-ce parce qu’ils sont inefficaces contre cela ou parce que l’exposition solaire n’augmente pas vos chances d’avoir un cancer de la peau, l’étude ne le dit pas.

Le coup de soleil est une réaction naturelle, qui vous signal qu’il est temps d’arrêter. Avant même ce coup de soleil, vous commencez à ressentir de l’inconfort, vous sentez que votre peau commence à brûler. C’est à se moment là qu’il faut dire stop !

Les crèmes solaires contiennent des filtres ultra-violet, la plupart sont des composés chimiques souvent soupçonnés d’être cancérigène, perturbateurs endocriniens en plus d’être écotoxiques. Pour beaucoup d’entre eux, des études sont encore nécessaires pour démontrer leur innocuité ou leur toxicité pour le corps dans lequel ils pénètrent (6).

Les filtres UV minéraux, comme le dioxyde de titane et l’oxyde de zinc sont approuvés par la FDA (6) et le label EWG (7)(8) aux Etats-Unis, mais portent à discussions également, notamment par rapport à l’état nanoparticulaire du dioxyde-de-titane (9). L’ANSES le classe comme substance cancérogène par voie pulmonaire, et appel à plus d’étude pour les autres formes (10) (11). Il faut savoir qu’il n’est pas considéré comme nanoparticule car il contient moins de 50 % de nanoparticules (il peut en contenir entre 0 à 39 % en nombre). En résumé, il y a encore beaucoup d’inconnus concernant le dioxyde de titanium, mais si vous voulez appliquez le principe de précaution, il est à éviter.

L’oxyde de zinc (12) quand à lui peut se trouver sous forme de microparticules ou de nanoparticules, le premier étant sans danger mais laissant des traces blanches qui ne pénètrent pas aussi bien que sous la forme nano.

Le dioxyde de titane et l’oxyde de zinc sont tous les deux toxiques pour les coraux, et ne sont donc pas à utiliser pour la baignade.

(1) https://www.cancer-environnement.fr/531-Vitamine-D-et-cancer.ce.aspx

(2) https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24445737/

(3) https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24787908/

(4) https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6899952/

(5) https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29620003/

(6) https://www.fda.gov/media/124654/download

(7) https://www.ewg.org/sunscreen/report/executive-summary/

(8) https://www.ewg.org/sunscreen/report/nanoparticles-in-sunscreen/

(9) https://www.lemonde.fr/sante/article/2017/01/20/alerte-sur-les-dangers-du-dioxyde-de-titane-un-additif-alimentaire-tres-courant_5066297_1651302.html

(10) https://www.anses.fr/fr/content/dioxyde-de-titane

(11) https://www.anses.fr/fr/system/files/ERCA2017SA0020.pdf

(12) https://ec.europa.eu/health/scientific_committees/opinions_layman/zinc-oxide/fr/index.htm

Catégories : Conseils

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
fr_FRFrench